ReutersFin août, la nouvelle tombe sur le fil de l’agence Reuters : Ilford lmaging Ltd dépose le bilan. Aussitôt, l’inquiétude nous assaille. D’autant que l’on apprend que seul le département photo n & b est concerné. Vivons-nous les dernières heures de la HP5, de la FP4, des Delta? Sans doute pas, mais une évidence s’impose: l’industrie du n & b argentique (film mais aussi papier et chimie) va mal, et à l’avenir, on peut penser que certaines marques vont disparaître ou fusionner. N’oublions pas qu’Agfa, aussi, de son côté émet des signaux inquiétants … Toutefois, on sait que dans le nord de l’Angleterre, il existe une deuxième marque de papier photo, Kentmere. Va-t-on alors assister à terme à une union sacrée « anglo-anglaise » pour mieux défendre le n & b traditionnel « made in England » ? En attendant que tout cela s’éclaircisse, nous avons interrogé Stéphane Douville, Directeur Marketing et Communication de la filiale Ilford France pour mieux savoir concrètement ce qui va changer. Adieu les PanF, Cooltone et Portfolio… Afaire à suivre.

Stéphane Davolle

Quelle est la situation exacte de l’entreprise Ilford ?

Comme vous le savez, Ilford dispose d’une structure globale avec des filiales dans tous les grands pays et deux usines principales, une en Suisse à Fribourg, et une autre en Angleterre à Mobberley. Nous sommes confrontés depuis quelque temps à une baisse significative des ventes de certains produits noir & blanc fabriqués principalement à Mobberley. Il était nécessaire de restructurer notre usine pour mieux nous adapter aux nouvelles exigences du marché. Pour procéder à un plan de structuration profond dans cette usine qui employait 740 personnes, il fallait passer par un dépôt de bilan de cette entité. Notre actionnaire Doughty-Hanson (un fond de pension anglais) a la ferme intention de procéder à une restructuration intelligente de cet outil de production pour nous permettre de poursuivre la production des produits noir et blanc dans des bonnes conditions financières. Ce dépôt de bilan ne concerne absolument pas l’autre usine de Fribourg, spécialisée dans la production des papiers jet d’encre.

Concrètement, quels sont les produits n & b qui vont disparaître ?

L’objectif est réellement de nous concentrer sur les produits qui se vendent bien et qui sont rentables. La gamme de films en particulier est un grand succès d’Ilford et les photographes nous sont vraiment fidèles. Dans l’état actuel de mes informations, je peux vous annoncer que les gammes Delta (100/ 400/3200) et les FP4 et HP5 « Plus » seront reconduites sauf en plan-films. Quant aux PanF Plus et SFX 200, elles vont sans doute disparaître. Les bobines 120 devraient poursuivre leur carrière. Du côté des papiers, nous allons certainement discontinuer la gamme de papiers à grade Ilfobrom Galerie qui représente des ventes très confidentielles. L’Ilfospeed sera toujours disponible, en revanche sans doute dans une gamme de grades plus réduite. En Multigrade les versions Cooltone et Portfolio vont probablement être arrêtées. Tous les autres produits, Multigrade IV et FB, et Multigrade Warmtone FB vont être reconduits.

Comment voyez-vous l’avenir d’Ilford ?

Depuis quelques années, le principal actionnaire du groupe est le fond de pension Doughty-Hanson qui a beaucoup œuvré pour nous donner les moyens de restructurer nos activités vers le jet d’encre. Le grand public ne le sait probablement pas, mais Ilford est aujourd’hui n02 mondial pour la production de papier jet d’encre photo (support RC), et n°1 mondial en ce qui concerne la fabrication de pigments utilisés dans les encres. Je pense que l’avenir est donc assuré et que nous avons fait notre révolution numérique. Maintenant il est certain que ces nouvelles activités qui se développent très rapidement doivent être gérées en parallèle avec une baisse sensible des activités traditionnelles argentiques. La difficulté principale est d’adapter nos usines à cette révolution. C’est ce que nous allons pouvoir faire avec cette restructuration.

Laisser un commentaire